Il y a de l´amour dans l´air dans cette comédie romantique de Edward Zwick, le réalisateur de Blood Diamond. Malheureusement je ne suis pas une folle romantique et reste donc assez critique, voire sceptique face au couple Gyllenhaal/ Hattaway. Bon déjà soyons cash, Jake Gyllenhaal est un excellent acteur mais alors je ne suis pas du touuuut convaincue qu´il soit l´acteur parfait pour jouer le séducteur de base… Avis très personnel, soit!

Comme presque toute comédie romantique qui se respecte, Love et autres drogues raconte l´histoire de deux personnes qui ne devraient pas arriver à faire un couple et qui contre toute attente (naaaan sans deeeec!!) finissent par tomber amoureux. Ici c´est l´histoire du grand séducteur de base, vendeur de produits pharmaceutiques supra doué pour amadouer les secrétaires des hopitaux, et d´une patiente atteinte de Parkinson stade 1 mais super canon et ultra indépendante. ça commence donc comme une banale histoire de sexe mais qui oooh grande surprise!!! se transforme en histoire d´amuuur, comme c´est original tout ça. Forcément, quand c´est la fille qui ne veut pas s´attacher…ça me rate pas c´est le garçon qui lui court après!
L´originalité de cette gentille comédie qui se veut moitié sexy moitié bons sentiments à gogo, c´est le contexte. Jamie est donc employé de Pfizer, la compagnie qui inventa la fameuse pillule bleue, le Viagra. Et voilà donc notre pseudo beau gosse en roi de la vente de Viagra! ça c´est fun, pour le moins!
L´intérêt de ce film est que pour une fois, le couple est maudit dès le départ puisque Jamie est malade et son était ne pourra qu´empirer. On admirera l´audace de traiter un sujet tabou et particulièrement casse-gueule. Il est vrai que l´on aimerait pas être à la place de Jamie pour faire le choix de rester auprès de l´être aimé pour le meilleur mais SURTOUT pour le pire ou de s´en aller bien, bien loin en se sentant coupable mais avec une vraie vie. C´est un peu dans ces termes qu´on pourrait résumer le dilemme de notre golden boy. C´était effectivement un thème difficile qui pouvait soit tomber dans le registre le plus abjecte ou le plus guimauve possible et il ètait difficile d´atteindre le juste équilibre. Oui, difficile. C´est pour ça que l´épilogue est une guimauve assez décevante.
Donc en résumé, un thème qui mérite d´être traité, de bons acteurs, du viagra pour bosster notre libido, et tout simplement pas d´orgasme cinématographique. 😀

Avec Jake Gyllenhaal, Anne Hattaway, Oliver Platt, etc.
Production: Bedford Falls Productions, Regency Pictures

Distribution France: Twentieth Century Fox

Une réponse à to “Love et autres drogues, d’Edward Zwick”

Laisser un commentaire