Michel Gondry est un grand enfant, du type « bricolo » imaginatif et supra créatif. Quand j’essaie de m’imaginer ce réalisateur dans sa prime jeunesse, je l’imagine avec sa trousse de crayon de couleurs, ses feuilles de papier et surtout, ses ciseaux de mini « Mike Gyver »…

Ou alors, on peut déjà l’imaginer avec sa caméra grand public tenue par papa, pendant que Junior prépare ses scènes bouillantes de créativité… Parce qu’avec Be Kind, Rewind, Gondry nous propose un manuel du « Petit Magouilleur d’Effet Spéciaux sans moyens » sur fond d’histoire drôle et attachante.

Pour ceux qui ne comprennent rien, voici un petit topo : Mike travaille pour Mister Fletcher dans un petit vidéo-club désuet, tombant en ruine à Passaic. Ils louent encore des cassettes VHS, à l’heure où le DVD rase tout sur son passage….Jerry, le meilleur ami de Mike est un garagiste un peu barré, un pèquenaud, enfant terrible, maladroit et paranoïaque qui n’a pas vraiment grandi. Une catastrophe ambulante… surtout quand Mister Fletcher confie le vidéo club à Mike pour quelques jours. Jerry décide juste à ce moment-là de jouer les Don Quichotte des centrales nucléaires, et se retrouve magnétisé, à tel point qu’il efface toutes les cassettes du vidéo club ! Du coup, une seule solution pour éviter que les clients s’en rendent compte : refaire les films soi-même !

On pourrait croire qu’en ayant dit tout ça, on a raconté le film ; mais non, bien loin de là ! ceci n’est que le point de départ d’une aventure hautement loufoque, follement attachante, et drôlement sympathique ! Les personnages de Gondry débordent d’imagination, prouvant qu’on peut faire un film avec une caméra et du matériel d’école, quelques dessins ridicules, une ou deux guirlandes, pour ne citer que quelques bribes de décors farfelus !

Et finalement, quel meilleur moyen de transmettre sa passion du cinéma que de prouver aux gens que cet art n’est pas élitiste, ne demande pas de gros moyens, mais tout simplement de la motivation et de l’imagination ? Be Kind Rewind, c’est le système D des films, pour notre grand bonheur. Rien ne sert de payer, il faut avoir l’idée! Cet OVNI cinématographique est un hommage aux grands classiques du cinéma américain, tous genres et époques confondus. Chapeau bas.

En un mot : Un film qui réveille autant notre âme d’enfant que notre passion du bon cinéma.

Laisser un commentaire